11/12/2016
        pro    CopyrightFrance.com

Le Havre             

Blazon du HavreBlazon du HavreBlazon du HavreBlazon du HavreBlazon du HavreBlazon du HavreBlazon du HavreBlazon du Havre Blazon du HavreBlazon du HavreBlazon du HavreBlazon du HavreBlazon du HavreBlazon du HavreBlazon du HavreBlazon du Havre Blazon du HavreBlazon du Havre

Photos Le HavrePhotos Le HavrePhotos Le HavrePhotos Le HavrePhotos Le Havre

 

 

Site UNESCO Le Havre Patrimoine Mondial

Le Havre
Région : Haute-Normandie || Département : Seine-Maritime || Canton : Le Havre || Habitants : 173 142 ||
 

Curiosités : Eglise Saint-Joseph, Cathédrale Notre-Dame, Le port, statue de la vierge noire, Funiculaire, Forêt de Montgeon, Parc de Rouelles, Jardin Japonais
Musées : des Beaux-Arts André Malraux, de l'ancien Havre, d'Histoire Naturelle, maritime et portuaire, du Prieuré de Graville, de sculpture médiévale
Célébrités : Armand Salacrou, Bernadin de Saint-Pierre (1737-1814), Madeleine et Georges de Scudery, Casimir Delavigne (1793-1843), Frédérick Lemaitre (1800-1876), abbé Cochet (1812-1875), André Siegfried (1875-1959), Raoul Dufy (1877-1953), René Coty (1882-1962), Arthur Honegger (1892-1955), André Caplet (1878-1925), Raymond Queneau (1903-1976)
 

 

Portail officiel de la ville du Havre

Port Autonome du Havre

Aeroport du Havre


 

Auguste Perret

Auguste Perret
Ixelles (près de Bruxelles), 12 février 1874 - Paris, 25 février 1954
 

Peu d’architectes ont, aussi bien qu’Auguste Perret, illustré à la fois la modernité technique, ici le béton armé, et la référence à la continuité de l’art de bâtir, telle que celui-ci est affirmé dans l’architecture française depuis l’âge gothique par des praticiens situés à l’écart du modèle académique. Auguste est à la tête, avec ses frères Gustave et Claude, de l’entreprise de construction Perret frères, qui prend la suite de celle créée par leur père, un communard exilé en Belgique, après son retour à Paris en 1880. Cet ancrage professionnel dans le monde de la construction est fondamental pour comprendre la trajectoire d’Auguste Perret, qui, malgré des études incomplètes à l’École des Beaux-arts, et malgré l’absence du cursus honorum qui conditionne l’accès à la commande publique, achèvera sa carrière dans une double posture originale, celle d’un entrepreneur, et celle d’un architecte officiel majeur, membre de l’Institut.

Confrontés très tôt à des programmes nobles, qui impliquent un rapport étroit entre la conception architecturale et l’étude du projet constructif en béton armé (que réalisera l’entreprise), Auguste et Gustave Perret, par leur maîtrise du nouveau procédé, construisent des édifices marquants : un élégant immeuble d’habitation à ossature (rue Franklin, 1902-1903), un grand garage (rue de Ponthieu, 1906-1907) ; leur coup d’éclat est la réalisation du théâtre des Champs-Élysées (1911-1913), où ils parviennent à supplanter l’architecte du projet initial dans un édifice luxueux et en vue, accordé aux manifestations du théâtre de l’avant-garde. Parallèlement à d’importants édifices industriels, les frères Perret produisent un édifice-clef, l’église de Raincy (1922-1923), où des coques minces de béton, raidies par des tirants et des tympans, portent sur de fines aiguilles de béton, qui ôtent tout rôle porteur à la paroi de claustra et de verre. Identifié à une « Sainte-Chapelle du béton armé », l’édifice est très bien accueilli par le clergé, sensible à l’économie du « tout béton », et qui écarte plusieurs entreprises sous-traitantes.

Après 1925, des commandes publiques consacrent le rôle de chef de file d’Auguste Perret, courtisé par des ministres éclairés (Anatole de Monzie) : les services d’études du ministère de la Marine (boulevard Victor), le Mobilier national, le musée des Travaux publics (aujourd’hui le Conseil économique et social). L’expression apparente de la structure, la trame large, le dessin raffiné des supports, le béton bouchardé : ces mises au point définissent les ressources d’un « classicisme structural » (J. Abram), et font la démonstration de sa capacité à répondre à des programmes monumentaux.

À partir de 1939, l’intérêt de Raoul Dautry pour l’œuvre d’Auguste Perret le conduit à confier à celui-ci des chantiers d’importance nationale : usine d’aluminium pour la S.C.A.L. à Issoire (1939-1942), reconstruction du Havre (à partir de 1945), et installation du C.E.A. à Saclay (à partir de 1948). Installé aux places d’honneur dans toutes les instances académiques et professionnelles, Auguste Perret achève sa carrière dans le statut d’un architecte officiel, entouré d’élèves et de disciples, porteur d’un projet d’une monumentalité destinée à une rapide obsolescence, sans toutefois que s’atténue la cohérence d’une architecture saturée par la rigueur des études techniques du projet

 

Site officiel de la Ville du Havre - Maison du Patrimoine - Atelier Perret

Site officiel de la Ville du Havre - Appartement témoin Perret


 

le pont de Normandie

Le pont de Normandie est un pont à haubans enjambant l'estuaire de la Seine, il relie le Havre (Seine-Maritime) rive droite au nord, à Honfleur (Calvados) rive gauche au sud. Sa longueur totale est de 2143,21 m dont 856 m entre les deux pylônes

Sous la maîtrise d'ouvrage de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Havre, les travaux ont débuté en 1988 et ont duré sept ans, jusqu'à l'inauguration le 20 janvier 1995. À cette époque, la portée bat de plus de 250 m le précédent record du monde datant de 1994 (Shanghai, mais celui-ci sera perdu en 1999 pour 34 m (Tartara, Japon). Il a été construit sur la Seine, à 12 km en aval du pont de Tancarville.

Son record de longueur de pont à haubans a été perdu en 2004 avec les 2883 mètres du Pont Rion-Antirion.

 

le Pont de Normandie entre Honfleur et le Havre

structurae [fr] Pont de Normandie (1995)


Mannevillette

Village de Mannevillette